Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/01/2010

Citroën fait sa révolution

DSC_1183.JPGInsolente, intense, effrontée. Et surtout unique en son genre ! Cette voiture représente une véritable attraction au Salon! Sortie tout droit du futur et d’un film de science-fiction, la Revolte de Citroën plonge les visiteurs du Palais 6 au coeur de l’imaginaire et de l’allégorie.

Ce concept-car au design audacieux bouleverse les standards préétablis des citadines compactes et offre une vision inédite et originale du luxe automobile. La Revolte est l’interprétation moderne de la mythique deux chevaux. Et elle s’inscrit dans une certaine rupture par rapport à son ancêtre. Selon le porte-parole de Citroën : « La 2CV était spartiate et neutre, la Revolte est intelligente et technologique. La 2CV était lente et rebondissante, la Revolte est vive et nerveuse. Et, la 2CV était basique et simplissime, la Revolte est luxueuse et colorée.»

Effectivement, sa robe est, ici, d’un mauve éblouissant, audacieux et irrévérencieux. Ses portes DSC_1193.JPGs’ouvrent de manière antagoniste, laissant apparaître un intérieur avant-gardiste et inhabituel. L’espace accueille un univers ouvertement haut de gamme : son cuir ébène tramé se conjugue et se marie au velours rouge corail et à l’acier luisant et miroitant. Cet habitacle d’un standing élevé a été pensé selon une atmosphère lounge et détendue. Il mêle des touches vintages et de modernité exaltée. Le siège « bassin » du conducteur et le volant paraissent sortir tout droit d’un vaisseau de la Guerre des Etoiles. Cet élan de futurisme contraste avec la banquette de derrière, conçue comme un sofa où le passager peut se lover et s’allonger. Circulaire et au look désuet, elle trouverait parfaitement sa place dans un boudoir opulent ou un cabaret prestigieux! « Nous voulons déplacer le curseur vers plus de luxe, en travaillant sur les couleurs et les matières, à l’image de la bijouterie ou de la cosmétique. Même s'il y a des codes esthétiques rappelant la deux chevaux, la Revolte se positionne comme l'adaptation moderne. Avec spécialement la simplification des éléments à bord afin de ne conserver que l'essentiel.», affirme Carlo Bonzanigo, responsable des concept-cars Citroën.

DSC_1198.JPGRevolte. Ce nom renvoie également à la révolution verte. Le véhicule s'inscrit dans une contribution à l’environnement. La banquette renferme des batteries électriques qui forment le concept hybride. Outre un moteur thermique traditionnel, le véhicule est composé d’un autre moteur, électrique cette fois. Il peut fonctionner en parfaite autonomie et ne rejette, dans ce cas, aucune émission de CO2.

Autre innovation technologique, la Revolte jouit d’un écran tactile innovant. Le faisceau de cristaux qui le compose permet de recycler l’air à bord du véhicule. De plus, toujours dans une vision écologique, elle possède une capote parsemée de nombreuses cellules photovoltaïques. Ces dernières garantissent et approvisionnent les activités électriques attachées au confort à bord. Et ce y compris à l’arrêt.

La révolution n’est pas encore en marche. Pour l’instant, le nouveau bébé de Citroën n’est toujours qu’à l’état de prototype. Les amateurs devront encore patienter.
La vidéo:

19/01/2009

Le courant passe!

salonauto2.jpgLe tout électrique est une réalité au Salon de l'auto. Exemple avec Mitsubishi

BRUXELLES Cette fois, ça y est ! Ou... presque. Sur le stand Mitsubishi, on peut découvrir un minispace i MiEV, une petite voiture à quatre places entièrement électrique et prête à être commercialisée.

Dérivée, du point de vue carrosserie, de la Mitsubishi i, qui est vendue depuis 2006 au Japon et depuis 2007 en Grande-Bretagne, la i MiEV utilise un moteur électrique de 47 kW (monté à l'arrière : il s'agit donc d'une propulsion) et des batteries Lithium-ion de 16 kW.

Hormis le silence total régnant à bord après le démarrage, la conduite du véhicule s'apparente à celle de n'importe quelle petite citadine. Boîte automatique, une vitesse de pointe de 130 km/h et des accélérations vives permettant de s'intégrer facilement dans le trafic sont ses qualités marquantes.

Point fort : un rayon de braquage remarquable. Point faible : une autonomie réduite à 144 km sur une charge. Et après ? Il faut recharger durant sept heures.

Autre point fort : un prix d'utilisation de trois euros aux 100 km. Un autre point faible : un prix qui devrait être compris entre 20 et 24.000 €, en fonction des aides d'État (ou régionales) sur lesquelles ses concepteurs comptent... beaucoup.

"Il faut être bien conscient", nous explique Daniel Nacass, chargé des relations publiques de Mitsubishi Motors Europe, "de ce que la production d'une voiture électrique implique des coûts très supérieurs à ceux d'une voiture conventionnelle. En outre, le volume de production restera relativement faible au départ (2.000 véhicules en 2009)." Outre le Japon, la voiture sera commercialisée en Grande-Bretagne (dès le mois d'avril) et puis en Europe en 2010. Elle sera vendue avec ses batteries qui seront garanties durant 10 ans ou 150.000 km.

Conclusion ? Malgré ses qualités réelles, le passage au tout électrique n'est probablement pas pour tout de suite. Outre l'autonomie réduite, le prix restera pour beaucoup de consommateurs un handicap de taille... et il est illusoire de penser que nos gouvernants, qui se sont toujours montrés très frileux à l'égard du transport individuel pour toutes sortes de plus ou moins mauvais prétextes, vont subitement se mettre à le subsidier.

Bruno Godaert

© La Dernière Heure 2009