Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/01/2010

Citroën fait sa révolution

DSC_1183.JPGInsolente, intense, effrontée. Et surtout unique en son genre ! Cette voiture représente une véritable attraction au Salon! Sortie tout droit du futur et d’un film de science-fiction, la Revolte de Citroën plonge les visiteurs du Palais 6 au coeur de l’imaginaire et de l’allégorie.

Ce concept-car au design audacieux bouleverse les standards préétablis des citadines compactes et offre une vision inédite et originale du luxe automobile. La Revolte est l’interprétation moderne de la mythique deux chevaux. Et elle s’inscrit dans une certaine rupture par rapport à son ancêtre. Selon le porte-parole de Citroën : « La 2CV était spartiate et neutre, la Revolte est intelligente et technologique. La 2CV était lente et rebondissante, la Revolte est vive et nerveuse. Et, la 2CV était basique et simplissime, la Revolte est luxueuse et colorée.»

Effectivement, sa robe est, ici, d’un mauve éblouissant, audacieux et irrévérencieux. Ses portes DSC_1193.JPGs’ouvrent de manière antagoniste, laissant apparaître un intérieur avant-gardiste et inhabituel. L’espace accueille un univers ouvertement haut de gamme : son cuir ébène tramé se conjugue et se marie au velours rouge corail et à l’acier luisant et miroitant. Cet habitacle d’un standing élevé a été pensé selon une atmosphère lounge et détendue. Il mêle des touches vintages et de modernité exaltée. Le siège « bassin » du conducteur et le volant paraissent sortir tout droit d’un vaisseau de la Guerre des Etoiles. Cet élan de futurisme contraste avec la banquette de derrière, conçue comme un sofa où le passager peut se lover et s’allonger. Circulaire et au look désuet, elle trouverait parfaitement sa place dans un boudoir opulent ou un cabaret prestigieux! « Nous voulons déplacer le curseur vers plus de luxe, en travaillant sur les couleurs et les matières, à l’image de la bijouterie ou de la cosmétique. Même s'il y a des codes esthétiques rappelant la deux chevaux, la Revolte se positionne comme l'adaptation moderne. Avec spécialement la simplification des éléments à bord afin de ne conserver que l'essentiel.», affirme Carlo Bonzanigo, responsable des concept-cars Citroën.

DSC_1198.JPGRevolte. Ce nom renvoie également à la révolution verte. Le véhicule s'inscrit dans une contribution à l’environnement. La banquette renferme des batteries électriques qui forment le concept hybride. Outre un moteur thermique traditionnel, le véhicule est composé d’un autre moteur, électrique cette fois. Il peut fonctionner en parfaite autonomie et ne rejette, dans ce cas, aucune émission de CO2.

Autre innovation technologique, la Revolte jouit d’un écran tactile innovant. Le faisceau de cristaux qui le compose permet de recycler l’air à bord du véhicule. De plus, toujours dans une vision écologique, elle possède une capote parsemée de nombreuses cellules photovoltaïques. Ces dernières garantissent et approvisionnent les activités électriques attachées au confort à bord. Et ce y compris à l’arrêt.

La révolution n’est pas encore en marche. Pour l’instant, le nouveau bébé de Citroën n’est toujours qu’à l’état de prototype. Les amateurs devront encore patienter.
La vidéo:

17/01/2010

Dans la peau d’un conducteur de rallye

Les voitures de rallye font indéniablement rêver les amateurs de conduite sportive et extrême. Peu ont la chance, pourtant, de pouvoir se glisser au volant de ces bolides et de tester les conditions réelles d’une course. Mais, c’était sans compter sur les nouvelles technologies.

A défaut de rouler avec un vrai véhicule, plusieurs stands du Salon de l’Auto proposent aux visiteurs de vivre virtuellement un parcours de compétition. Les simulateurs de route, qui plongent le testeur dans des conditions qui se veulent semblables à la réalité, récoltent un certain succès. La rédaction du Blog en a essayé deux pour vous : le simulateur WEC qui vous amène sur les routes escarpées du FIA World Rallye Championship au volant de la Citroën C4 et le simulateur de la marque Ford, à bord de la Abu Dhabi.

Le simulateur WEC (hall 11)

DSC_1226.JPGDe l’extérieur, le simulateur WEC est impressionnant. L’engin est une immense cabine grise surélevée qui repose sur des tuyaux qui actionnent des mouvements de bascule. Dans tous les sens. L’intérieur peut accueillir une quinzaine de participants, qui, attention, ont payé au préalable 5 euros. La cabine se présente comme une salle de cinéma miniature. Elle se compose de plusieurs rangées aménagées avec des barres à l’avant pour s’agripper. Les sièges font face à un écran géant qui projette les images de la route comme si vous étiez les conducteurs et que vous regardiez le parcours à travers le pare-brise.

Il y a de l'image, mais également du son. Une voix s’élève des haut-parleurs : celle du copilote qui donne ses indications. A peine a-t-il commencé à parler, que la cabine se met à basculer furieusement de tous les côtés. Les participants sont propulsés de droite à gauche sans ménagement. Les secousses sont parfois violentes, surtout quand on se retrouve à côté du radiateur. Les genoux ne sont pas épargnés. Les corps sont secoués dans tous les sens mais les rires fusent allègrement dans l’appareil.

Au final, l’expérience de trois minutes se révèle assez sympathique et divertissante. Les sensations sont au rendez-vous. Petit bémol : le participant n’a pas de volant en main. Il se contente d’expérimenter les sensations que procure une course, sans tester la conduite d’une voiture de rallye. Il est donc plus observateur qu’acteur.

Voici deux vidéos du simulateur. La première montre l'extérieur et la seconde, l'intérieur.

 

Le simulateur Ford (hall 2)

DSC_0840.JPGLe simulateur gratuit de la marque Ford offre aux participants de s’essayer à la conduite rallye au volant de la Ford Abu Dhabi, véhicule de compétition. Le principe est différent de celui du premier simulateur : la personne, seule, est assise sur un siège surélevé qui tournoie et bouge lorsque le « conducteur » sort de la piste ou effectue une erreur. Trois écrans diffusent les images de la route. Le participant contrôle le véhicule avec le volant et tente d’adopter les bons réflexes pour se diriger et rester sur le chemin endommagé et abrupte. Le simulateur fonctionne selon le principe de rapidité : le testeur doit effectuer le rallye le plus vite possible.

Ici, les sensations sont moins extrêmes et impressionnantes. Par contre, le participant est acteur du simulateur, gérant lui-même la conduite de la Ford. Cette activité ludique demande donc une certaine dose de doigté et de dextérité pour parvenir à finir le parcours sans être secoué comme un prunier … et sans être trop ridicule devant les nombreux observateurs.

Pour vous rendre compte du simulateur, voici deux vidéos: