Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/01/2009

My Way - Publi-rédactionnel

Le courant passe!

salonauto2.jpgLe tout électrique est une réalité au Salon de l'auto. Exemple avec Mitsubishi

BRUXELLES Cette fois, ça y est ! Ou... presque. Sur le stand Mitsubishi, on peut découvrir un minispace i MiEV, une petite voiture à quatre places entièrement électrique et prête à être commercialisée.

Dérivée, du point de vue carrosserie, de la Mitsubishi i, qui est vendue depuis 2006 au Japon et depuis 2007 en Grande-Bretagne, la i MiEV utilise un moteur électrique de 47 kW (monté à l'arrière : il s'agit donc d'une propulsion) et des batteries Lithium-ion de 16 kW.

Hormis le silence total régnant à bord après le démarrage, la conduite du véhicule s'apparente à celle de n'importe quelle petite citadine. Boîte automatique, une vitesse de pointe de 130 km/h et des accélérations vives permettant de s'intégrer facilement dans le trafic sont ses qualités marquantes.

Point fort : un rayon de braquage remarquable. Point faible : une autonomie réduite à 144 km sur une charge. Et après ? Il faut recharger durant sept heures.

Autre point fort : un prix d'utilisation de trois euros aux 100 km. Un autre point faible : un prix qui devrait être compris entre 20 et 24.000 €, en fonction des aides d'État (ou régionales) sur lesquelles ses concepteurs comptent... beaucoup.

"Il faut être bien conscient", nous explique Daniel Nacass, chargé des relations publiques de Mitsubishi Motors Europe, "de ce que la production d'une voiture électrique implique des coûts très supérieurs à ceux d'une voiture conventionnelle. En outre, le volume de production restera relativement faible au départ (2.000 véhicules en 2009)." Outre le Japon, la voiture sera commercialisée en Grande-Bretagne (dès le mois d'avril) et puis en Europe en 2010. Elle sera vendue avec ses batteries qui seront garanties durant 10 ans ou 150.000 km.

Conclusion ? Malgré ses qualités réelles, le passage au tout électrique n'est probablement pas pour tout de suite. Outre l'autonomie réduite, le prix restera pour beaucoup de consommateurs un handicap de taille... et il est illusoire de penser que nos gouvernants, qui se sont toujours montrés très frileux à l'égard du transport individuel pour toutes sortes de plus ou moins mauvais prétextes, vont subitement se mettre à le subsidier.

Bruno Godaert

© La Dernière Heure 2009

18/01/2009

"Du jamais vu chez Opel"

Une Opel Corsa pour 11.700 € et une Ford Ka pour moins de 9.000 €

LIÈGE En région liégeoise aussi, les clients ont profité de ce jour d'ouverture du salon de l'automobile pour aller faire un tour du côté des concessionnaires.

Chez Opel comme chez Ford , une flopée de clients potentiels ont poussé la porte du show-room. Chez Opel, le prix catalogue de la Corsa Enjoy (1.300 diesel) est de 15.805 €. Il s'agit d'un modèle trois portes. Ce qui a toute son importance car sachant qu'elle dégage moins de CO2 que le modèle cinq portes, cette Corsa bénéficie de primes écologiques grimpant jusqu'à un peu plus de 600 €.

Du côté du concessionnaire, salon oblige, il propose une réduction d'un peu plus de 2.000€. Quant au pack avantage (conditionnement d'air, jantes en alliage et phares antibrouillard avant), il le vend à 249 € au lieu de 1.660 €.

Si on soustrait la prime de la Région wallonne de 800 € à laquelle l'acheteur peut prétendre, cette Corsa part pour un peu plus de 13.000 €. Il reste ensuite à déduire, si c'est le cas, 1.357 € (somme forfaitaire) pour la reprise du véhicule actuel. Et donc, au final, la Corsa Enjoy trois portes revient à 11.700 €.

"C'est le plus bas que je peux faire. À ce prix-là, c'est du jamais vu chez Opel ", souligne un vendeur.

Chez Ford, la Ka a beaucoup de succès, surtout auprès des dames. En diesel, en trois portes, son prix de base est de 11.500 €. Quand on ajoute 350 € pour la peinture métallisée ainsi que 450 € (promo) pour le pack comprenant le verrouillage central, les vitres et rétroviseurs électriques et les poignées de couleur carrosserie, cette Ka coûte 12.300€. Au final, l'acheteur peut espérer obtenir une réduction de près de 4.000€ en additionnant le prix de reprise du véhicule et la prime de la Région.

J. Def.
© La Dernière Heure 2009

ON ENCLENCHE LA DEUXIEME

Sans atteindre de véritables records d’affluence dès samedi, le Salon de l’auto bruxellois a attiré une foule relativement compacte pour sa première journée. On attendait plus de public aujourd’hui, histoire de boucler en beauté ce week-end d’ouverture

220.jpg

Ce dimanche, organisateurs et professionnels du Salon espèrent bien voir les différents palais du Heysel traversés de nombreux visiteurs. Pas que le public faisait défaut hier, que du contraire, mais le climat maussade du marché de l’automobile en ces temps d’après-crise en aura peut-être refroidi certains. D’autres, déterminés à profiter de cette conjoncture pour tenter d’obtenir à la volée quelques ristournes alléchantes, en auront par contre fait un leitmotiv.

Les carrosseries « blinquent » et les représentants ont justement enfilé leurs habits du « dimanche », ça tombe bien… Ces vendeurs connaissent l’état d’esprit des curieux qui déambulent et savent à quel point le client et l’acte de consommation se sont transformés ces dernières années. Aujourd’hui, au-delà de la motorisation ou des aspects esthétiques, c’est le confort et surtout la propreté (verte, s’entend) des véhicules proposés qui importent aux potentiels acheteurs. Les charmantes hôtesses, que certains disent moins nombreuses que lors des éditions précédentes, sont bel et bien présentes, mais elles tendent moins de dépliants publicitaires en papier glacé « tape-à-l’œil » qu’à l’accoutumée. L’heure est à l’écologie et donc au complément d’informations « en ligne », plus moderne et anti-gaspillage.

Quelques organisations environnementales ont d’ailleurs manifesté samedi, en marge de l’ouverture du salon. Leur objectif : dénoncer les projets des gouvernements régionaux de construire plus de routes et d'élargir la capacité routière existante du plat pays. Une tendance qui, si elle n’est pas enrayée au plus vite, entraînera irrémédiablement une augmentation du parc automobile belge et donc une pollution atmosphérique galopante selon les manifestants.

Côté tendance, si les bolides les plus prestigieux et les stands des grands marques attirent toujours beaucoup les yeux, cette année les petites citadines remportent pas mal de succès et font l’objet de beaucoup d’attention, aussi bien de la part de la gent féminine qui les trouve jolies et faciles à conduire, que du côté des hommes pour qui elles sont pratiques et sûres. A moins que ce soit une question de porte-monnaie…

Enfin, demain nous entamerons la série de petits reportages introduite hier, avec une première vidéo uploadée.

Prix plancher et... très cadenassés

Négocier une plus grande remise chez le concurrent est mission impossible

MONS Si agréable à pratiquer, le jeu du marchandage et de la négociation n'a malheureusement plus cours chez les concessionnaires automobiles.

Blanche, en version 3 portes, l'Opel Corsa (Essentia) est disponible avec une motorisation de 1.000 cm3 (60 CV). Un coup de fil chez le concessionnaire Opel Willems, à Mons met fin aux belles illusions de marchandage.

"Pendant le salon, nous faisons cadeau de la prime de recyclage de 1.000 euros sur le prix du véhicule. Son prix revient donc à 9.098 euros en comptant le kit légal (triangle, extincteur, etc.) de 99 euros". Le coup de sonde effectué au garage Monnier, à Soignies, n'apportera rien de plus à l'offre formulée par l'enseigne basée à Mons. "Les prix sont les mêmes, quel que soit le concessionnaire visité", précise-t-on encore.

En comparaison, l'offre pour une Ford Ka semble elle aussi figée. La petite voiture, en version 3 portes et sans la peinture métallisée tire son épingle du jeu avec sa finition Ambiante dotée d'un moteur de 1,2 litre (69 CV).

Côté délai de livraison du nouveau véhicule, "il faut entre 4 et 6 semaines", explique l'un des responsables du garage Autobel, à la Bouverie (région de Mons). "Quant à la remise, le prix maximum que nous pouvons faire est de 8.688 euros. Cette tarification restera valable, à ma connaissance, jusqu'au 31 janvier à condition bien entendu d'avoir enregistré le bon de commande d'ici cette date".

Cette fois encore, appeler un concessionnaire concurrent n'aura servi à rien si ce n'est à entendre un interlocuteur au discours immuable : "Les prix sont identiques dans tout le réseau".

Rageant.

F. V. C.

© La Dernière Heure 2009

"Une sortie en famille"

salonauto3.jpgPour la première journée du salon des utilitaires légers, la crise était sur toutes les lèvres

BRUXELLES Vendeurs sur leur 31, voitures briquées, le 87e salon des utilitaires avait rempli toutes les conditions nécessaires pour être fidèle à sa réputation.

Pourtant, malgré une foule assez compacte, les signes d'un certain malaise dans le monde automobile étaient palpables. Comme dans d'autres salons, les hôtesses étaient moins nombreuses que de coutume et les dépliants publicitaires luxueux moins rapidement sortis que d'habitude.

"Nous avons des consignes, reconnaît d'ailleurs volontiers un des vendeurs du salon. Quand nous pouvons le faire, nous demandons à nos clients de se renseigner plus avant sur le site Internet de notre marque ou nous leur faisons parvenir une version électronique de notre dépliant"

Du coup, la marque fait de substantielles économies en imprimant résolument moins de catalogue et peut se présenter comme un ardent défenseur de la cause écologique.

Du côté des visiteurs, si on aime toujours autant s'arrêter sur les stands les plus prestigieux, ce sont surtout les petites citadines qui remportent le plus de succès.

"Crise ou pas crise, c'est de plus en plus souvent la donne. Le coup de chaleur qu'a connu le pétrole cet été, les annonces catastrophiques qui ont été faites à cette époque sur l'avenir des prix de l'essence et les différentes primes qui sont associées à l'achat des voitures moins polluantes contribuent à favoriser les ventes de ces plus petites voitures. La crise du secteur automobile ne concerne pas vraiment acheteurs potentiels", sourit ce vendeur plus que lucide.

Les visiteurs croisés au Salon, où le succès de foule était quand même très appréciable, ne disaient rien d'autre. "La crise du secteur automobile ? Pour moi, c'est l'occasion d'acheter une voiture le moins cher possible et d'essayer de tirer les prix vers le bas", explique ce jeune quadra venu en famille.

"Nous, explique cette dame bien décidée à faire le tour de toutes les marques avant de continuer à négocier dès ce dimanche, ce que nous cherchons, c'est une familiale avec cinq places et un grand coffre. Trois marques nous tentent. Ce sera au plus offrant. À nous de faire jouer la concurrence. Pour une fois, on a le sentiment d'être bien armés".

en savoir plus

Le 87e Salon des utilitaires légers, véhicules de loisirs et motos a ouvert ses portes samedi à Brussels Expo. Il dure jusqu'au 25 janvier.

© La Dernière Heure 2009

17/01/2009

A VOS MARQUES...

DSC_7381.jpg

C'est parti... Aujourd'hui s'ouvre officiellement la 87ème édition belge du Salon de l'Auto. Amateurs, futurs acheteurs ou simples curieux, vous serez des milliers à investir les palais du Heysel durant les dix journées à venir. Suivez le guide...

Jusqu'au 25 janvier inclus, nous vous accompagnerons au travers des allées du Heysel en vous proposant des infos quotidiennes, mais aussi une série de reportages traitant de thématiques liées au secteur automobile et aux coulisses de cette grand-messe annuelle. Dès demain, et chaque jour de la semaine prochaine, une de ces capsules-vidéos sera mise en ligne...

Au menu des sujets abordés, il y en aura pour tous les goûts. Des considérations pratiques les plus terre-à-terre aux courbes automobiles les plus folles. Dans le désordre et de manière non-exhaustive, vous pourrez devenir incollable en matière d'avantages fiscaux afférents à l'achat d'un véhicule privé ou professionnel, faire de bonnes affaires en dénichant les voitures les moins chères du salon, ou apprendre à rouler "vert" en découvrant quelles sont les voitures les plus propres en matière d'émission de CO. Aucune des grosses nouveautés de ce cru 2009 ne pourra vous échapper car nous y consacrerons évidemment un sujet. Fan de sensations fortes? Vous apprécierez alors sûrement nos reportages sur la piste des 4X4, sur les picks-up ou sur le tout dernier prototype en date de la maison VW. Les amateurs de deux roues ne seront pas non plus en reste car nous traiterons également des motos présentes en cette 87ème édition. Enfin, pour le plaisir des yeus, nous ferons ensemble un tour d'horizon des voitures de rêves, entre raffinement et extravagance. Bref, autant de raisons de rester en notre compagnie pendant ces dix journées qui promettent d'être des plus instructives...

Rendez-vous demain.