Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/01/2009

Le courant passe!

salonauto2.jpgLe tout électrique est une réalité au Salon de l'auto. Exemple avec Mitsubishi

BRUXELLES Cette fois, ça y est ! Ou... presque. Sur le stand Mitsubishi, on peut découvrir un minispace i MiEV, une petite voiture à quatre places entièrement électrique et prête à être commercialisée.

Dérivée, du point de vue carrosserie, de la Mitsubishi i, qui est vendue depuis 2006 au Japon et depuis 2007 en Grande-Bretagne, la i MiEV utilise un moteur électrique de 47 kW (monté à l'arrière : il s'agit donc d'une propulsion) et des batteries Lithium-ion de 16 kW.

Hormis le silence total régnant à bord après le démarrage, la conduite du véhicule s'apparente à celle de n'importe quelle petite citadine. Boîte automatique, une vitesse de pointe de 130 km/h et des accélérations vives permettant de s'intégrer facilement dans le trafic sont ses qualités marquantes.

Point fort : un rayon de braquage remarquable. Point faible : une autonomie réduite à 144 km sur une charge. Et après ? Il faut recharger durant sept heures.

Autre point fort : un prix d'utilisation de trois euros aux 100 km. Un autre point faible : un prix qui devrait être compris entre 20 et 24.000 €, en fonction des aides d'État (ou régionales) sur lesquelles ses concepteurs comptent... beaucoup.

"Il faut être bien conscient", nous explique Daniel Nacass, chargé des relations publiques de Mitsubishi Motors Europe, "de ce que la production d'une voiture électrique implique des coûts très supérieurs à ceux d'une voiture conventionnelle. En outre, le volume de production restera relativement faible au départ (2.000 véhicules en 2009)." Outre le Japon, la voiture sera commercialisée en Grande-Bretagne (dès le mois d'avril) et puis en Europe en 2010. Elle sera vendue avec ses batteries qui seront garanties durant 10 ans ou 150.000 km.

Conclusion ? Malgré ses qualités réelles, le passage au tout électrique n'est probablement pas pour tout de suite. Outre l'autonomie réduite, le prix restera pour beaucoup de consommateurs un handicap de taille... et il est illusoire de penser que nos gouvernants, qui se sont toujours montrés très frileux à l'égard du transport individuel pour toutes sortes de plus ou moins mauvais prétextes, vont subitement se mettre à le subsidier.

Bruno Godaert

© La Dernière Heure 2009

Les commentaires sont fermés.